Méthodes de déploiement de serveurs

Le déploiement de serveurs dans les datacenter requiert une méthodologie structurée. De l’inventaire et du brassage du datacenter à la distribution de l’alimentation électrique à la ventilation du local, quels sont les points essentiels à ne pas négliger ?

1 – Évaluer, inventorier, planifier

Avant tous travaux de déploiement des serveurs, il est nécessaire d’évaluer un certain nombre de données relatives aux conditions d’exploitation, telles que la connectivité au réseau, la capacité des onduleurs, contraintes inhérentes au site existant ou encore les frais de licence.

Une évaluation circonstanciée de l’installation en place permet d’identifier les problèmes qui peuvent être corrigés facilement et d’augmenter la capacité du datacenter à gérer les exigences futures.

Vérifiez la capacité des onduleurs et celle de l’armoire de distribution électrique de proximité. Un datacenter peut ne pas disposer d’une capacité suffisante de ses onduleurs pour alimenter une installation de serveurs lames donnée.

Assurez-vous d’avoir suffisamment de ports sur les panneaux et de commutateurs pour accueillir les serveurs supplémentaires, car les demandes accrues de trafic réseau de la part des serveurs virtuels font augmenter le nombre de ports de carte réseau sur les serveurs de production.

Optimisez les dépenses liées aux frais de licences en triant les programmes ou logiciels les plus adaptés à votre contexte. N’oubliez pas, dans un datacenter, l’évaluation des conditions existantes est essentielle aux déploiements de serveurs.

2 – Bien étudier la disposition des serveurs

L’une des principales contraintes lors de l’installation ou du rajout de serveurs dans un datacenter concerne la disposition de l’infrastructure matérielle par rapport à la distribution électrique et à la circulation de l’air.

Il faut comprendre que chaque serveur installé occupera de l’espace dans les baies et nécessitera de l’énergie électrique et de la ventilation. Pour le déploiement de ces serveurs, il faut veiller à ce que leur emplacement n’entrave pas la circulation de l’air dans les serveurs voisins.

Un serveur pas suffisamment ventilé finit par aspirer l’air chaud qu’il expulse, ce qui cause une surchauffe.

Par ailleurs, n’oubliez pas que plus vous rajoutez de nouveaux systèmes sur des baies existantes, plus cela demandera de l’espace physique, de la puissance électrique et surtout du refroidissement.

La plupart des datacenters disposent de capacités brutes d’alimentation et de refroidissement, mais ne sont pas dotés de l’infrastructure permettant de distribuer ces capacités vers une zone à haute densité.

Aussi, il vous revient de bien calculer la puissance nécessaire pour tous les serveurs et de vérifier que les systèmes de distribution d’énergie sont suffisants pour la charge supplémentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *