Les différentes techniques de pose d’isolation des combles

L’isolation des combles permet de réduire la consommation énergétique et de gagner jusqu’à 30% sur la facture. C’est pour cette raison qu’il est important de trouver la bonne technique pour sa pose. En général, elle dépend du matériau utilisé. Les détails sur les procédés de pose d’isolant pour ces espaces qui se trouvent sous la toiture.

Pose de la laine de verre

Dans la majorité des cas, c’est le matériau le plus courant pour l’isolation de la sous-toiture. Avant de poser la laine de roche, on doit fixer des supports en métal formés de fourrures et de suspentes aux chevrons. Il faut mettre ces derniers à une distance de 5 cm à partir du faîtage. Ensuite, on utilise un cordeau pour raccorder les suspentes et un niveau à bulle pour s’assurer que la surface de l’isolant soit plane. Puis on installe les suspentes sur les chevrons. Avec les mains, les yeux et le nez protégés, on sort la laine de verre de son emballage et on le découpe selon la taille de la surface à isoler. On l’installe entre les chevrons tout en évitant les plis. Une fois cette première couche placée, on en fixe une deuxième qui lui est perpendiculaire. Ce n’est qu’après toutes ces opérations que l’on pose des plaques de plâtre pour rendre les combles habitables.

Pose de mousse en polyuréthane

Il est facile d’utiliser la mousse en polyuréthane (PUR) pour l’isolation des combles. De plus, elle donne de bons résultats comparés aux autres matériaux. Fine et légère, mais efficace, elle a un coefficient de conductivité thermique qui varie de 0,025 à 0,030 W/m.K. Effectivement, les performances d’un isolant en PUR d’une épaisseur de 1,10 cm sont les mêmes que celles d’un isolant classique. La pose de la mousse en polyuréthane se fait par projection. En effet, elle se prépare dans un camion placé à l’extérieur de la maison. Pour la transporter, il faut faire intervenir deux professionnels équipés d’un tuyau. Ceux-ci la projettent alors sur la sous-toiture de manière à combler tous les espaces vides. Il faut noter que la projection de PUR ne nécessite pas de travaux supplémentaires sauf la vérification de l’état de la toiture.

Pose de fibre de bois

La fibre de bois, comme son nom l’indique, est un matériau écologique. C’est à la fois un bon isolant thermique et acoustique. Pour le poser, on mesure la longueur et la largeur de la surface à couvrir. Ensuite, on ajoute 1 cm à ces dimensions pour avoir la taille des panneaux et pouvoir les découper (on utilise un couteau dentelé). On place les isolants dans l’espace situé entre les chevrons et on les visse. Cependant, on a également la possibilité de les fixer avec de la colle minérale ou à bois. Étant donné que l’épaisseur de la fibre de bois (10 cm) n’est pas conforme aux normes, il faut la doubler en joints décalés. Afin de garantir l’isolation des combles. Il faut s’assurer que les deux couches soient bien collées l’une à l’autre.

Pose de la laine minérale

Pour poser la laine minérale, on utilise une technique qui s’appelle « soufflage ». Elle est surtout destinée à l’isolation des combles perdus qui sont inutilisables, mais qui occupent une grande surface. A titre d’information, une mauvaise isolation des combles perdus peut faire perdre jusqu’à 30% de l’énergie à l’intérieur de la maison. En effet, le soufflage constitue le moyen idéal pour réduire la facture. Étant donné que le matériau va se placer sur le plancher, il est important de s’assurer que celui-ci soit en bon état c’est-à-dire qu’il n’est ni humide ni vétuste. Dans le cas où celui-ci dispose de quelques ouvertures, il faut placer des déflecteurs pour maintenir l’isolant. Ensuite, on installe des réglettes pour mesurer l’épaisseur de ce dernier. Pour une isolation optimale, celle-ci doit toujours dépasser 32 cm (même avec un ancien isolant). On met la laine dans des sacs sur lesquels on inscrit son poids. On peut alors commencer le soufflage en alimentant régulièrement la machine située à la porte des combles. Il faut noter que pour une surface de 100m², on a besoin de 20 sacs de laine de 4 kg chacun. Attention ! Même si on ne doit laisser aucun espace vide entre les chevrons, il est important d’éviter de boucher les conduits d’aération. Pour terminer, on couvre la trappe avec un isolant spécifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *